L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

Le Dilettante - 2013


Le genre : roman contemporain


Le fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa de Romain Puértolas
Cliquez sur l'image pour découvrir l'auteur

Ce que j'en ai pensé :

 

Mais qu'est-ce que c'est que ce titre de trois kilomètres de long affublé d'une couverture digne de la célèbre enseigne suédoise ? Et ce fakir qu'est-ce qu'il vient faire dans une armoire Ikéa ? Romain Puertolas ? Connais pas.

 

Voici les questions que je me posai en octobere 2013 avant de foncer chez ma libraire et de lui demander : "euh, le fakir machin-chose, tu l'as dans tes rayons ?" (je savais bien qu'elle l'avait sur la grande table centrale avec la couverture à fond jaune, on ne voyait que lui parmi des dizaines d'autres). Le soir même, je découvrais l'arrivée de ce fakir à Paris et toutes les aventures folles qui allaient en découler. Quelques heures plus tard, j'étais même en compagnie de Sophie Marceau. C'est dire que le voyage était extraordinaire. Tant d'ailleurs au niveau du rire que du plaisir.

 

Du rire parce que ce fakir est drôle, parce que les noms des protagonistes tordants, parce que les arnaques décalées et pathétiques, parce que l'intrigue délurée. 

Du plaisir parce que le sujet de fond, l'immigration est traité avec sarcasme, ce ton si approprié pour dépeindre l'absolue bêtise de notre monde dont Puértolas et son fakir se font l'écho. 

 

Alors oui, non seulement j'ai aimé ce fakir mais six mois après l'avoir lu, il me reste cette sensation très agréable d'originalité et de fraîcheur. Pour traiter un sujet brûlant, quoi de mieux, en effet, que la légèreté d'une histoire totalement folle. Puertolas réussit en cela à capter l'attention, à délivrer un message sous des airs à ne pas y toucher. Là est la grande originalité de ce livre dont nous avons été très nombreux à nous délecter. 

 

Alors n'hésitez pas. Suivez L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa et sortez ainsi de vos placards votre belle humanité. 

 

Elodie Torrente 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0