Polisse de Maïewen

Ce soir, je suis allée au cinéma. Seule. J'aime bien aller seule au ciné, même si j'apprécie aussi de partager ça à deux ou à plusieurs.  Enfin, je n'avais personne sous la main, je n'avais pas envie de rester enfermée chez moi ni même devant un écran de PC, donc, direction l'UGC du coin (j'ai un abonnement) et le film Polisse de Maïewen.

Que dire sans tomber dans les poncifs, les critiques dithyrambiques (mon Dieu que ce mot est difficile à écrire), les platitudes communes et éculées ? Que c'est bien? Qu'il faut y aller pour tous les acteurs qui jouent très bien (mention particulière à un mec que je n'ai jamais aimé mais qui là, m'a littéralement scotché, j'ai nommé Joey Starr), parce que le scénario est bien ficelé et la caméra très juste ? Non ? Pas assez fort pour un film qui en se faisant documentaire montre l'essentiel, parvient à nous faire oublier le jeu, à faire que nous sommes ces flics qui, malgré toute leur bonne volonté, sont eux aussi victimes d'un système qui les utilise sans leur donner de vrais moyens. Et ce sans se mettre du coté de la police, sans en faire trop sur les enfants et leur souffrance, sans taper sur le politique ni même revendiquer quoi que ce soit. Juste parce que c'est ainsi. Et pour avoir entendu des témoignages d'amis ayant vécu ce quotidien, je sais juste que c'est la stricte vérité.

Alors oui, allez le voir. Car, ce film, en voulant simplement rendre compte du quotidien d'une brigade est un vrai témoignage sur notre société actuelle et ses dérives, sur fond de misère grandissante et de réponses jamais conformes à ce que le terrain impose.. A la veille des présidentielles, c'est peut-être une production artistique comme ça qui fera prendre conscience à tous les citoyens que nous sommes qu'il ne sert à rien d'être dans le clivage car, comme on le verra sur l'écran, ça ne fait que provoquer des drames... Seule la solidarité est l'avenir de l'homme et de nos enfants.

Merci Maïewen. Je ne vous connaissais pas. Je me souviendrai de vous et de la BPM.

 

Elodie TORRENTE

Écrire commentaire

Commentaires: 0